ALTERA collective

artists
elliot fox
gert thierens
gabriel haberland
alicia tsigarides
imogen allen 


projects
Safe Hands by Elliot Fox
press release
posters
list of works
 
MONTAGNES NOIRES by Gabriel Haberland 
press release
poster

ALTERAresidency in Naples, Italy 

media

about ALTERA
The new South East London collective ALTERA, who aim to facilitate and support exhibitions by emerging artists.

Mark
MONTAGNES NOIRES by Gabriel Haberland



December 2020
18 rue des Plomarc’h, Douarnenez, France 

          
Exposition personnelle de Gabriel Haberland sur une invitation d’Isabelle Le Doussal

Samedi 7 et dimanche 8 décembre 2019 14h-19h
Lundi 9 au samedi 14 décembre sur RDV


"Black Mountains", peinture murale, 600x250cm

« Je suis juste un type curieux. »
Fasciné par le principe de production des formes et l’expérience des matériaux, Haberland conquiert un médium après l’autre réclamant structures et usages. Chasseur de formes, lorsque qu’un volume lui plait, un pacte se scelle : ceci pourrait être une sculpture.
Dans ce tour de passe-passe de l’objet à l’oeuvre, il s’opère parfois un glissement de sens qui définit pleinement la stratégie de l’artiste : faire entrer son art dans la vie. Les bouées sont d’abord des flotteurs de couleurs des moyens usuels de signalisation maritime. Haberland les sort de l’eau pour en isoler la forme et nous oblige à la remarquer. C’est alors que la distorsion du réel va plus loin : l’artiste choisit de les illuminer. Sculptures aux apparences de mobilier, celles-ci se retrouvent dans les maisons de ceux qui n’avaient jamais regardé une bouée.

« Il y a un monde derrière les formes. »
Gabriel Haberland utilise son statut d’artiste pour visiter le réel et nous emmène avec lui. Le circuit de petites voitures ou l’empreinte du filet sont autant de lignes derrière lesquelles se cache une autre réalité. Vides, pleins, droites, obliques et courbes bavardent, s’évitent et se confrontent dans cet envers du décor architecturé. Nous dévoiler le dessous du monde c’est aussi nous exposer aux limites physiques et bien réelles que tout matériau pose à l’artiste. La fonte, tout comme l’ébénisterie ou le vitrail sont un éventail de tactiques qui visent à donner du sens. Mais prenez-garde, la supercherie n’est jamais loin ; et formes, objets et matières pas toujours ce qu’ils prétendent être.
"Black Mountains", peinture murale, 600x250cm

« Je ne veux pas me battre pour l’art. »
Pêcheur de formes subversif, explorateur de l’envers, artisan du réel, Gabriel Haberland réorganise le chaos qui nous entoure avec poésie et humour. Nous, visiteurs pourtant aguerris avançons garde baissée dans ce réel identifiable et rassurant, et c’est là que son art nous prend par surprise. Artiste de l’ombre aux yeux rieurs Gabriel Haberland nous piège avec malice et nous apprend à regarder.




Gabriel Haberland (né en 1991) a été diplômé de l’École des Beaux-Arts de Paris en 2014. Il vit et travaille entre Paris et Douarnenez. Haberland a été Lauréat du prix de sculpture « Méthode Keskar » organisé par la fondation de France en 2015. Il a été deux fois sélectionné pour participer à la résidence Grand Largue (2015-2016), un bateau de recherche artistique.
Haberland a pris part à de nombreuses expositions collectives parmi lesquelles : ART O RAMA, une exposition organisée par Le Collective dans les Blockhaus de L’escallete à Marseille en 2019, Try on Sculpture au studio Plijadur de Douarnenez la même année ; Global Primeur chez Taki exotique, une exposition produite avec le soutien de l’école des arts décoratifs de Strasbourg en 2018. En 2017 l’artiste montre son travail au centre d’art La passerelle de Brest pour l’exposition Surfer à un arbre, il expose également à la galerie R-2 à Paris à l’occasion d’Agora ainsi qu’à l’École des beaux-arts de Rennes avec l’exposition Boat. Haberland expose également à l’espace du Doc à Paris pour le projet Robe a robe, à la galerie Homession de Barcelone avec son entreprise artistique Global Primeur pour l’exposition Roue libre #2 et à la galerie Primo Piano pour l’exposition Demain dès l’aube en 2016.
Son travail fait partie de la collection Frédéric de Goldsmith.
Mark